Report : Beau rivage x Piknic électronique – L’accostage d’Astropolis

Report : Beau rivage x Piknic électronique – L’accostage d’Astropolis

En plein cœur du Finistère, plongés dans une atmosphère caniculaire avait lieu ce samedi 7 juillet,  l’open air le plus charismatique du Grand Ouest, Beau rivage. En collaboration avec le Piknic électronique de Montréal, Astropolis présentait lors de cette douzième édition, ses nouveaux poulains fraîchement sélectionnés par les membres du festival, ainsi que les artistes émergeants coups de cœurs de la scène underground québécoise. Retour sur cette rave estivale.

(Il n’est seulement que 14 heures quand notre équipe arrive sur les lieux)

Aussitôt arrivés en terre bretonne, que l’on entend retentir les basses rythmiques d’une mélodie révoltée et acidulée.  Equipés comme de véritables pirates assoiffés, nous nous laissons guidés par la nappe techno et les kicks électroniques qui traversent la ville de Brest. Une sorte de chasse au trésor musical, qui nous amènera au jardin de l’Académie de Marine pour Beau Rivage. Une vue panoramique de la rade maritime se dresse sous nos yeux, et nous sommes comme des poissons dans l’eau, apaisés par la beauté du lieu. Un décor de carte postale, qui pourrait se fondre dans une œuvre revisitée   du  » Déjeuner sur l’herbe » de Manet version électronique.  L’atmosphère est chaleureuse, les styles se dessinent,  les couleurs et les âges se mélangent. Le public a le sourire aux lèvres et profite de ce bain de soleil, lui qui, les années précédentes, était habitué à un Astropolis pluvieux.

A l’ombre des pins, FASME s’impose  avec un live agité « post déjeuner » naviguant entre acid, synthwave et techno. La piste s’échauffe et un vent bouillonnant s’élève sur la scène de Beau Rivage. Tel un électron libre, Mac Declos, jeune prodige du collectif normand MAD BRAINS et récent gagnant du tremplin Nordik Discovery, prend la relève avec persévérance. Un set éclectique, construit de façon ambitieuse et dynamique qui soulèvera les ravers les plus introvertis. De l’acid house à la techno tout en passant par une house tropicale, il a su faire chavirer ce dancefloor à ciel ouvert.

La tête dans les nuages, les artistes défilent et se partagent les platines. Le collectif venu tout droit de Nouméa, Kosmopolite DJS fait son entrée en nous présentant plusieurs b2b alléchants. Tout d’abord celui de Moebius et Garak, faisant apparaître une grande complicité et harmonie musicale entre les deux artistes, ainsi qu’Ordem et Lawrent, qui arriveront plus tard pour s’occuper du closing en beauté.

 

 

A l’heure du goûter, Zaltan qui n’était normalement pas programmé, fait son entrée. Remplaçant l’irlandaise OR: LA , dont le vol a été annulé à la dernière minute, il marquera d’un point ferme cette belle journée. Boss du label Antinote, il a su comme un ardent capitaine, reprendre les commandes du Beau Rivage pour un voyage harmonique et électrique. Une alléchante mise en bouche qui préparera les festivaliers à la grande messe du samedi soir au bois de Keroual.

 

Pour cette nouvelle édition, Astropolis a encore tapé fort cette année, et Beau rivage n’est pas prêt de larguer les amarres.

 

Angelina Paolini